Ode à la Dinde

Roger’s Garden – Long Beach

“It’s the most wonderful time of the year”, ça y est, le compte à rebours jusque Thanksgiving a commencé. La Saison est officiellement ouverte ! Cela peut paraître cliché d’aborder cette tradition, mais elle est totalement incontournable de la culture américaine et tellement révélatrice sur son identité profonde. Impensable de ne pas en parler !

L’année dernière, on venait d’arriver et on prenait encore nos marques. Je n’avais pas réellement prêté attention à tous ces préparatifs (comment ai-je pu passer à côté, je me le demande aujourd’hui !). J’ai juste acheté ma volaille à rôtir (une dinde obviously), sans confectionner ma propre farce (“Stuffing”) ni même un seul dessert (sacrilège !).

Pourquoi Thanksgiving ?

Même si on n’est pas une star en Histoire, on sait (à peu près) tous que Thanksgiving est une journée d’actions de grâce et de remerciements. En 1620, les premiers colons puritains britanniques s’installent sur le sol américain et , malgré un premier hiver rigoureux qui décime une bonne partie de la colonie, ils jouissent par la suite de récoltes abondantes. Voilà pourquoi cette journée d’offrandes est célébrée à la fin de la moisson, fin Novembre. Cette journée est rapidement reprise et célébrée sur tout le territoire.

En 1863, le Président Lincoln décrète le dernier jeudi de Novembre “Jour de remerciements et d’éloges à Dieu”. En 1941, ce jour devient férié et c’est l’un des plus chômés aux Etats-Unis (avec le 4 juillet).

De nos jours, c’est devenu plus largement un long weekend de 4 jours dédié à la famille et aux amis. La connotation religieuse s’est beaucoup estompée. C’est le moment de se poser et de revenir sur les moments de bonheur. Cette introspection n’est pas simulée, elle est au contraire très chère aux coeurs des américains. Quand on aime, on ne compte pas. Et ça, ça n’a pas échappé au Marketing !

Thanksgiving…& Co

Environ 118 millions de ménages américains fêtent Thanksgiving. On estime que 91% des américains mangent de la dinde, ce qui représente 280 millions de dindes vendues. L’industrie de la Dinde emploie 25.000 personnes. Le poids moyen de la bête par repas est de 7 kgs (compter 7$ les 500g), même si la plus grosse jamais enregistrée pèserait pas moins de 40 kgs. Pour accompagner ce plat, 1,1 milliard de patates douces sont produites chaque année. Il a été évalué qu’un américain consomme environ 4.500 calories le jour J !

Pottery Barn

 

Tout tourne autour de la Dinde à Thanksgiving, pourquoi ELLE ? Tout simplement car c’est le premier animal que les colons ont vu et donc élevé quand ils ont débarqué (pas de bol).  C’est la dinde-mania, j’en vois de partout (l‘animal s’entend). Il s’agit de lui faire honneur (et aussi la peau), la table doit être dressée impeccablement. Les plus belles boutiques et prestigieuses enseignes sortent leur Collection Maison spécialement autour de ce thème. La Dinde est chic.

 Vous trouvez ça un peu kitsch, peut-être, mais sachez qu’il vous faudra débourser entre 60$ et 80$ pour 1 assiette (imaginez le prix du service entier). Vous êtes prévenus.

Avec plus ou moins de goût, les hôtesses aiment créer une table festive et chaleureuse, pour y disposer tous leurs petits plats (cela représente bien 2 jours de cuisine, les seuls de l’année pour bien des femmes).

Faites votre choix !

Anthropologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Menu, la Dinde (bio) farcie bien sûr, mais aussi l’assiette de charcuterie, la purée de patates douces, gratin de choux de Bruxelles, haricots verts caramélisés aux amandes, plateaux de fromages et fruits secs et pour finir, la tarte à la citrouille et la Tarte Chocolat Noix de Pécan. Je me promets de faire de mon mieux cette année. Elles ne le savent pas encore, mais j’ai déjà mes 2 petits commis de cuisine (mes filles). C’est un moment de partage, non ?

Le lendemain de Thanksgiving marque le début de la saison des achats de Noël.  Place aux Gingerbread houses et Snowman Cookies …. mais je n’ai pas encore le courage d’y penser. 

I am the next…
1 year ago

Leave a Reply